Détox d’après fêtes : une cure pour retrouver le bon équilibre.

Fêtes de fin d'année riment souvent avec calories. Je ne vous apprends donc rien en vous disant que c’est une des périodes les plus propices aux excès : entre foie gras, bûches glacées et champagne qui coule à flot durant deux week-ends, bonjour les dégâts, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur !

Teint terne, cheveux raplapla, fatigue, irritabilité, gain de poids…tout ça n’est pas très « jojo » pour notre machinerie interne. L’organisme s’en trouve fragilisé, les défenses immunitaires sont diminuées, donc attention aussi aux « échanges » de virus !

Alors, après ces (nombreux) repas des fêtes de fin d’année, notre organisme tire la sonnette d’alarme et réclame du repos, il a besoin de se remettre de nos excès et de se ressourcer pour retrouver sa vitalité avec un fonctionnement au top !

Pour vous aider à retrouver cet équilibre et cette pêche qui vous fait défaut, il faut un programme détox pour vous purifier et vous débarrasser des toxines accumulées.

Mais attention, l’objectif premier est de nettoyer son corps de l’intérieur afin de retrouver santé et vitalité ! La perte de poids qui peut en découler est un dommage collatéral bien venu.

 

C'est parti pour les conseils d’une grande opération de « déstockage », à tous les étages…

 

Quelques éléments pour vous aider à comprendre

Au fait, à quoi sont dues ces sensations de fatigue, de lourdeur, de digestion difficile, de gueule de bois ?

  • Pendant les repas de fêtes on consomme beaucoup plus de calories et très souvent on bouge moins, les repas s’éternisent, on reste de longues heures à table …

  • Les menus de fêtes sont riches en graisses dites saturées, qui sont très difficiles à digérer.

  • Le foie mais aussi le pancréas et l’intestin sont mis à rude épreuve avec l’alcool, parfois consommé en quantité importante, plus la digestion difficile des graisses.

  • La métabolisation de l’éthanol (alcool) entraîne un état de fatigue, accentué par la diminution des heures de sommeil.

  • Les sucres absorbés en excès vont en partie se transformer en triglycérides (graisses), cette hypertriglycéridémie s’accompagne d’une altération du tonus physique mais aussi intellectuel. Et ces triglycérides vont être stockés, ce qui va provoquer une prise de poids … Mais heureusement, les triglycérides ça fond comme la neige au soleil, dès qu’on met en place une activité d’endurance.

  • Le sang se retrouve ainsi imbibé d’alcool, de cholestérol, de sucre, de triglycérides.

Les aliments consommés sont le plus souvent riches en sel, tels que les fruits de mer, la charcuterie, les biscuits apéritif, les sauces, la farce, etc. Et donc cela favorise une rétention d’eau.

On commence par « déculpabiliser »

Durant les fêtes, on se fait plaisir. Hors de question de culpabiliser ! On mange de tout ce que l'on veut, sans sombrer dans le « pantagruélisme » cependant. Et quand bien même vous pensez avoir abusé du champagne et de la bûche glacée, ce n'est pas très grave... Vous connaissez quelqu'un qui a pris 10 kilos en mangeant copieusement le soir du 24 décembre ? Non ? Eh bien, moi non plus !

L'important, c'est de (très) vite reprendre une alimentation saine et équilibrée pour éviter la mauvaise surprise sur la balance, de dégonfler rapidement et de retrouver cette bonne mine et notre vitalité.

Après les excès des fêtes vous repassez tout simplement à une alimentation constituée d’un trio gagnant : protéines, fibres et eau, en majorité. Si les repas des fêtes ne manquent pas de protéines sous forme de viandes, poissons ou fruits de mer, ils sont aussi beaucoup trop excessifs en glucides et lipides et puis où étaient les légumes ?!!

 

La priorité pendant les jours qui suivent est donc de privilégier des aliments très digestes, c’est à dire surtout peu gras ; et de boire ; il faut mettre le système digestif au repos ; et ceci pendant 4 ou 5 jours, il est impératif de récupérer !

  • Quels sont les aliments à proscrire les lendemains de fêtes ? Le fromage gras, les graisses, le beurre, la crème, les viandes grasses, la charcuterie grasse, les fritures, les pâtisseries ou viennoiseries, les quiches et pizzas, et j’en oublie. Mangez digeste !!! L’alcool et le café doivent également être évités car irritants et acidifiants.

  • Existe-t-il un comprimé miracle, une pilule magique, ou un complément alimentaire pour détoxifier l’organisme ? Non, aucun produit n’a apporté de preuve d’une action miraculeuse. Et l’aspirine n’a pas de propriété détoxifiante non plus, tout au contraire, elle acidifie l’organisme et enflamme l’estomac.

Une bonne astuce, un conseil efficace ? Dès qu’un repas de fêtes est terminé, pensez à congeler tout de suite les restes, plutôt que de passer quelques jours à terminer les plats. Et quel plaisir vous aurez de retrouver une part de dinde farcie quelques semaines plus tard !

 

On compense donc les écarts

Après avoir ingurgité des milliers de calories durant le dîner interminable de Noël, il est préférable de lever le pied ! On choisit donc pour ses repas une alimentation adaptée qui compensera tous les dégâts que l’alcool, les glucides et autres lipides auront causés.

Ne pas oublier que nous sommes en hiver, donc si notre organisme ne fonctionne pas de façon optimale, il lui sera plus difficile de lutter contre les virus et autres et c’est alors la porte ouverte aux rhumes, maux de gorge, grippes…

A ce sujet, pour vous protéger, vous pouvez lire l’article sur mon site « Une bonne nutrition pour un hiver plein d’énergie ».

 

Comment s’y prendre ?

Pour purifier l'organisme, nul besoin de pratiquer le jeûne, trop brutal.

Foie, reins, intestins, poumons et peau... notre corps possède les organes nécessaires (appelés les émonctoires) pour accomplir ce travail. La détox permet de leur faciliter l'ouvrage.

Mais on n’oublie pas de faire aussi le tri dans son frigo, car une alimentation détox implique des règles diététiques et une bonne hygiène de vie.

Pour éviter de craquer sur les restes de bûche glacée ou de foie gras, on fait une sélection pour ne garder que les produits qui sont bons pour nous !

 

De bons apports en protéines mais en quantités limitées

Vous devez manger des protéines mais un peu moins que d’habitude. Comme vous entamez une détox, réduisez dans un premier temps votre consommation de viande rouge.

Réduire légèrement les apports en protéines aura pour conséquence d’alléger l’activité rénale, vous ne vous en sentirez que mieux.

Au niveau du choix, privilégiez les viandes blanches, comme les volailles, sans la peau.

Pour ce qui est des poissons, le choix se portera plus sur du poisson blanc, cuit au court bouillon, ou grillé ; sans sauce grasse ni acide, donc on évitera la sauce tomate.

Vous pouvez aussi intégrer par la suite des poissons gras tels que le saumon qui est riche en oméga 3.

La viande rouge n’est pas interdite mais en petite quantité, par exemple une à deux fois par semaine.

Mangez plus de légumes !

Vous devez faire le plein de vitamines, de minéraux et d’antioxydants avec les légumes et les fruits.

Pour apporter un maximum de fibres à votre corps, vous pouvez consommer des légumes verts. Les fibres son notamment indispensables à l’entretien de certaines fonctions digestives de vos intestins.

Privilégiez les légumes de saison qui seront toujours plus riches en vitamines, donc protecteurs contre les agressions bactériennes ou virales extérieures.

Chaque repas doit contenir une part égale de légumes comparée au reste de votre assiette. Pourquoi ?

La plupart des légumes et des fruits sont des aliments alcalins qui vont contrebalancer l’acidité trop importante des aliments comme les viandes et les poissons et les produits laitiers en général.

Si vous mangez trop acide, vous intoxiquez peu à peu votre organisme.

Chaque repas doit donc contenir un bon apport en légumes alcalins pour arriver à ce que votre corps soit en équilibre acido-basique.

Les fruits vous apporteront aussi leur lot de bienfaits. Dans les fruits aux particularités détoxifiantes, vous retrouverez surtout le citron.

Attention tout de même à ne pas consommer trop de fruits, la plupart sont riches en fructose et présentent un indice glycémique élevé. Ceux-là pourraient avoir comme effet de vous faire stocker des graisses. Je vous conseille donc de manger un fruit maximum par jour, ce qui devrait correspondre à peu près à 150-200 grammes.

Côté légumes, au contraire, mangez-en à volonté, avec un assaisonnement léger, cela va de soi ! Et même, régalez-vous en, pour les fibres et les vitamines qu'ils procurent, mais pas en trop grande quantité quand ils sont crus, afin de ne pas irriter le système digestif. On peut les consommer sous forme de potages ou de jus aussi. D’ailleurs, le jus de tomate est efficace pour se remettre d’une gueule de bois.

Les malaises reliés à l’alcool sont principalement dus à la déshydratation et à la perte de sels minéraux. Or, le jus de tomate hydrate et fournit des sels minéraux. De plus, les glucides qu’il renferme permettent d’éviter une possible baisse du taux de glycémie causée par le processus de métabolisation de l’alcool dans l’organisme.

 

Petite parenthèse :

Il est important d'apprendre à différencier les types de fibres alimentaires contenues dans notre alimentation.

Sont appelées fibres solubles les fibres qui se dissolvent dans l'eau de l'alimentation et de l'organisme. Dans le côlon, ces fibres sont attaquées par les bactéries et au contact des liquides, elles deviennent visqueuses et forment un gel. Les fibres emprisonnent alors les graisses et le cholestérol que nous ingérons, et appuient le glissement de ces résidus pour les diriger directement dans les selles et éviter de les stocker dans les tissus ou de les faire passer dans le système sanguin.

Elles permettent aussi de ralentir la digestion des glucides et freine ainsi la montée de la glycémie. Elles préviennent la constipation.

Douces pour les intestins, elles peuvent être conseillées chez les personnes ayant des intestins fragiles ou un côlon irritable. Elles stimulent cependant moins le transit que les fibres insolubles. Elles prolongent la sensation de satiété et permettent ainsi d’avoir faim moins rapidement et de mieux gérer son poids.

Les fibres solubles favorisent également l’équilibre de la flore intestinale en agissant comme un pré-biotique.

Et plus un aliment contient de fibres, et notamment de fibres solubles, plus son index glycémique (IG) est bas. Tous les légumes ont donc un IG bas. Le blé n’est pas une bonne source de fibres solubles, à la différence de l’orge, de l’avoine ou du seigle. Enfin, les fibres solubles jouent un rôle de régulateur hormonal en contrôlant les niveaux d’œstrogènes qui sont impliqués dans l’obésité abdominale.

Où les trouver dans l’alimentation ? Le son d'avoine, les haricots rouges, les pois chiches, les oranges, pamplemousses ainsi que les pruneaux séchés et les fruits riches en pectine comme la pomme, le coing, et dans les légumes frais : champignons, carottes, oignon, asperge, choux de Bruxelles … On peut aussi les trouver dans les algues sous forme d’alginates.

 

Les fibres insolubles ne sont pas digestibles par l'intestin. Principalement représentées par la cellulose, l'hémicellulose et la lignine, elles se retrouvent le plus souvent dans la peau, les graines ou les racines des fruits et des légumes. Elles jouent le rôle d'éponges qui absorbent l'eau de l'alimentation et permettent d'augmenter le bol alimentaire pour ressentir une rapide sensation de satiété.

Quant aux aliments riches en fibres insolubles : le blé en est une des principales sources ainsi que tous ses dérivés : le germe et le son de blé, les pâtes alimentaires au blé complet, le pain, le boulgour...

Les fibres insolubles se retrouvent dans la majorité des fruits et légumes frais (en particulier s'ils sont consommés avec la peau) : choux, rhubarbe, poire, pomme, dattes et figues sèches, ainsi que les brocolis, les choux de Bruxelles, les haricots verts, les petits pois, les lentilles, les navets, pensez également aux noix et amandes qui proposent une importante quantité de fibres. Dans le cas de ces dernières, il est même conseillé de consommer la fine pellicule brune qui les entoure : c'est dans cette peau que se nichent une grande partie des fibres.

Enfin, les céréales complètes renferment de 7 à 15 % de fibres : n'hésitez pas à vous tourner vers l'épeautre, le kamut ou les graines de lin durant vos repas.

Dans les deux cas, les fibres contribuent à un meilleur confort digestif et intestinal.

 

Limitez les apports de féculents sans vraiment les bannir !

Les féculents apportent des glucides complexes. Ces derniers vous permettent un apport d’énergie. Cette dernière raison fait qu’il ne faut pas les exclure totalement juste après les fêtes. Mais il ne faut pas pour autant basculer dans l’excès !

Manger trop de féculents donne tendance, au même titre que manger trop gras, à surcharger votre foie. De plus, cet excès d’énergie va le plus souvent au-delà de vos dépenses physiques et pour le coup, vous stockez l’excédent sous forme de graisses, responsables des kilos en trop !

Par féculents, j’entends toutes les sources alimentaires venant des céréales (pain, pâtes, riz…), mais aussi les légumes secs ou encore les pommes de terre.

Vous pouvez manger des féculents sans risque le matin, l’énergie qu’ils apportent sera dépensée au cours de la matinée.

Le midi, adaptez votre consommation à vos dépenses de l’après- midi. Si vous travaillez dans un bureau et que vous êtes une femme, ne mangez pas plus de 30 grammes de riz, pâtes, semoule, pain...pesés cru. Pour un homme, n’excédez pas 60 grammes.

Si vous avez un métier physique ou que vous êtes très sportif, vous augmenterez cet apport.

En ce qui concerne le repas du soir, c’est le moment où votre corps a le moins besoin d’énergie, tout apport de féculents sera donc inutile et même néfaste.

Pourquoi ?

Nous avons tous une horloge biologique interne. Celle-ci active certaines sécrétions hormonales qui vont agir sur notre métabolisme. Le soir, cette horloge agit de manière à diminuer nos dépenses d’énergie, notre corps se prépare en réalité à nous faire dormir pour récupérer.

Si vous mangez des féculents à ce moment, votre corps ne sera pas en mesure d’éliminer l’énergie qu’ils fournissent facilement. Premièrement, vous la stockerez sous forme de graisses. Deuxièmement vous allez demander un effort digestif important à votre corps qui peut être nuisible à un sommeil récupérateur.

Vous avez compris que votre consommation de féculents doit être raisonnable.

Vous pouvez donc vous en passer le soir. Si vous décidez d’en manger tout de même, privilégiez ceux sans gluten (difficile à évacuer et qui peut être générateur d'allergies) pour une meilleure digestion. En ce qui concerne les légumineuses, attention aux inconforts digestifs.

 

On rétablit son équilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme, notamment pour éviter les problèmes de santé, de digestion, ou encore la fatigue.

L’acidité de notre alimentation est naturellement trop élevée pour être correctement assimilée par l’organisme. Pour compenser, on fait le plein d’aliments à forte teneur en minéraux alcalinisants, au pH basique, comme le calcium, le potassium et le magnésium.

Les légumes comme les haricots verts, la mâche, le fenouil, la betterave rouge, la carotte… et les céréales complètes font partie de nos meilleurs alliés.

En revanche, les produits laitiers et les crudités telles que les asperges, les tomates, l’oseille, les épinards, les cornichons… très acides sont à éviter (lire à ce sujet mon article « L’équilibre acido-basique, une formule essentielle à la vie », vous y trouverez une liste d’aliments alcalinisants – acidifiants).

Les fruits peuvent être consommés mais avec modération, en raison de leur forte teneur en sucres (très acidifiants). Seul le citron peut être consommé à volonté en raison de ses vertus alcalinisantes.

Pendant une semaine, on peut miser sur le citron pour aider à la détox : dilué dans une bouteille d’eau à siroter toute la journée, en assaisonnement sur du poisson ou dans une salade, il est non seulement un allié détox mais aussi minceur, puisqu’il permet de réguler le système digestif, étape cruciale dans l’élimination !

L’eau de coco est également très alcalinisante de par sa teneur en potassium notamment.

De même, la spiruline est très indiquée pour rétablir un équilibre et détoxifier le corps, car elle est aussi alcalinisante de par sa richesse en chlorophylle, entre autre.

 

Et surtout, on s’hydrate !

Cette étape est très importante ! Lors des excès accumulés durant la période des fêtes, vous pouvez reconnaître que l’eau n’a pas été forcément très présente. C’est le moment de rattraper cela !

Au moins 1,5 litres d’eau, voire 2 litres par jour, à consommer sous toutes ses formes : thé, infusions, tisanes, bouillon… Si possible, on privilégie les tisanes "spécial détox" et les eaux minérales pauvres en sel mais riches en magnésium pour éviter les coups de fatigue.

En cette période de cure, évitez le café qui est un excitant et un acidifiant ou réduisez sa consommation au maximum. Celui- ci est de plus moins efficace pour drainer que le thé vert, par exemple.

Si les tisanes et autres ne sont pas une nécessité, il faut s’hydrater absolument, en buvant surtout de l’eau, additionnée de plantes ou non.

Buvez dans la journée des eaux qui vont faciliter la digestion comme la Badoit, l’Hépar, Contrex, San Pellegrino (magnésium). Eviter la Vichy et la St Yorre, certes riche en bicarbonates mais trop riches en sel.

Sans être dogmatique, plus vous serez proche des règles de la cure, meilleur en sera le résultat (relire également mon article « L’eau, bien plus qu’H2O », vous y trouverez notamment la composition de plusieurs eaux).

Un conseil détox matinal : le jus de citron. À jeun le matin et environ 20 minutes avant votre petit déjeuner si cela est possible, buvez le jus d’un citron dans un verre d’eau tiède. Cette petite astuce permet, par exemple, de faciliter l’élimination des toxines. Bien qu’acide au goût, le citron aura la vertu d’alcaliniser votre organisme.

Sa teneur en vitamine C stimule aussi l’énergie, et aide à se défendre contre les infections saisonnières.

 

Et puis, ayez une activité physique

Le sport est connu pour ses nombreuses vertus, dont celle de détoxifier votre organisme. Si le sport vous pousse à augmenter votre consommation d’eau, il augmente aussi les dépenses de votre métabolisme jusqu’à en arriver à vous faire transpirer et donc, drainer.

Mais attention, pas de sport intensif ! Car il existe certaines croyances à ce sujet … mais qui ne permettent pas d’éliminer ni les graisses ni l’alcool : transpirer en pratiquant une activité physique intensive, ou se rendre au sauna ou au hammam, non, la sueur ne contient ni alcool ni graisse !

En transpirant on élimine de l’eau et des minéraux, c’est tout, mais c’est déjà trop car en perdant cette eau et ces minéraux, on fragilise les muscles et les tendons ; donc ça ne sert à rien de s’époumoner et de transpirer ; de plus l’organisme est peu enclin à tolérer un effort intense après une période d’excès, c’est le meilleur moyen de se blesser.

Tout au plus une activité tranquille comme de la marche rapide ou du footing à allure réduite, ou du vélo à faible allure, ou nager tranquillement ; tout cela permet de prendre un bon bol d’air, de respirer, de souffler. Pendant cette activité physique, on peut étirer les muscles pour en extraire les toxines accumulées durant cette période festive.

Par contre, par la suite, vous pouvez y trouver une motivation, grâce à un sport qui vous convient et qui vous permettra de vous y tenir toute l’année.

Pour cela, vous devez capter pleinement tous les bénéfices que vous pouvez tirer du sport, comme une silhouette plus fine, plus tonique, un meilleur métabolisme. Il suffit d’une ½ heure d’activité physique par jour pour augmenter significativement vos dépenses journalières.

Vous aurez également plus d’énergie au quotidien : en bougeant davantage, le sport va stimuler certains organes comme le cœur. Ce dernier étant un muscle, il sera plus endurant et vous donnera une meilleure circulation sanguine, indispensable au bon fonctionnement de votre corps. Il en résultera que vous serez en meilleure forme au quotidien.

 

On met un frein à sa consommation d’alcool !

D’abord, éliminer l'alcool, parce qu’il est très calorique, 1g d’alcool = 7 kcal ! Et que notre foie est soumis à rude épreuve entre le gras ingurgité et l’alcool ingéré ! Laissez-lui le temps de se ressourcer !

Ensuite, pour votre information, il faut savoir que, une fois l’alcool digéré par le foie, celui-ci va utiliser le produit de la transformation de cet alcool (acétate) pour produire de l’énergie. Ce qui va provoquer une diminution de la combustion des graisses de 70% !!! Donc, aucun déstockage des graisses ne se fait tant que notre corps n’a pas épuisé ce stock d’énergie provenant de l’alcool. La prise de poids se fait donc par les graisses qui restent stockées. CQFD !

 

Quelques indications supplémentaires

Peut-être pourriez-vous ressentir le besoin de manger une collation entre vos repas, surtout si ces derniers sont espacés. Inutile de se jeter sur une viennoiserie ou une barre chocolatée, cela nuirait aux bienfaits de la cure ! Pensez plutôt à consommer un fruit comme une pomme avec une poignée d’amandes, un bol de potage avec une tranche de jambon maigre ou encore un milk-shake protéiné.

Passez votre tour lorsque l'on vous proposera des sucreries, gâteaux et pâtisseries. Dites aussi adieu aux sodas et aux jus de fruits qui sont des bombes sucrées.

Quant aux matières grasses, on abandonne beurre et huile raffinée au profit des merveilleuses huiles première pression à froid : en priorité, olive et colza (plus économiques), mais on peut varier les plaisirs (noisette, pistache, noix, cameline), à raison d'une cuillère à soupe par repas. Mélangées à un jus de citron, c'est un excellent assaisonnement.

Pour purifier son organisme tout en donnant de la saveur aux plats, on utilise aussi des herbes aromatiques pour les assaisonner. 

Romarin, persil, sauge, thym, basilic…riches en chlorophylle, les herbes apportent de la vitalité à l’organisme, et sont les alliées idéales pour un teint frais !

Cumin, fenouil, anis et autres épices viendront aussi relever l'assiette, tout en aidant le corps dans sa tâche. Par exemple, le curcuma et le gingembre possèdent des propriétés désintoxicantes, anti-inflammatoires et stimulantes.

 

Des coups de pouce naturels

En plus des épices, on peut s'initier aux bienfaits des plantes : reine-des-prés, queues de cerise ou aubier de tilleul pour drainer ; réglisse, anis ou fenouil pour la digestion ; romarin, radis noir ou artichaut pour aider le foie dans son travail.

Les formes d'utilisation s'adaptent parfaitement au quotidien de chacun : tisanes à l'envi, teintures mères (extraction hydro-alcoolique) ou préparation de phytothérapie. Prêtes à être diluée dans un litre d'eau, elles se sirotent toute la journée tout en aidant à lutter contre les fringales.  

Quant aux jus en ampoules, une dose matin (et soir) avant les repas suffit.

Les huiles essentielles sont également des alliées détox : quelques gouttes suffisent à booster nos défenses immunitaires et à redonner de l’énergie.

 

L'hygiène de vie

Pour augmenter l'efficacité de la détox, il faut aussi revoir son hygiène de vie.

L'exercice physique est indispensable pour oxygéner les tissus, 30- 40 min par jour, trois fois par semaine, plus massages ou drainage lymphatique, tout est bon pour améliorer la circulation du sang et de la lymphe, qui ramasse les déchets cellulaires et les évacue.

La détoxication exigeant un gros effort du corps, il est conseillé de beaucoup dormir. Accordez-vous du repos, limitez notamment les sollicitations nerveuses et favorisez tout ce qui peut vous relaxer. Plus le sommeil sera réparateur, plus vous favoriserez un regain d'énergie et même un amincissement pour celles et ceux qui sont en surpoids...au contraire d’un organisme fatigué, qui passe alors en mode économie et s’accroche à ses réserves, et ne permettra donc pas de perte de poids. 

Les effets détox se feront sentir jour après jour. A ce tarif-là, vous n’aurez plus du tout envie de retourner au soda-jambon-beurre et autres poulet croquant ou salades de thon…

Renouvelée plusieurs fois dans l'année, la cure installe à long terme une hygiène de vie qui cultive cet éclat si particulier des gens qui respirent la santé. 

 

Dans vos menus, pensez à associer les principes nutritionnels suivants :

  • Peu de graisses, privilégiez la qualité au niveau de vos huiles

  • Beaucoup de fibres pour bien absorber les excès de gras et de sucre

  • Choix d’aliments digestes

  • Pas d’alcool

  • Laver la vessie et les reins en buvant beaucoup, mais sans les surcharger en protéines

  • Pas trop de sel

  • Pas de sucres rapides dont la consommation au repos génère la fabrication de graisses

  • Bien stimuler le fonctionnement de la vésicule biliaire pour bien digérer les graisses, brûler le gras

  • Des aliments alcalins qui vont diminuer l’acidité générée par la consommation de graisses, d’aliments sucrés et souvent acides

  • Apport de boissons bicarbonatées pour faciliter la digestion

  • Bien répartir les apports dans la journée, pour éviter les pics d’insuline qui provoquent la transformation des sucres en graisses

 

A ces conseils nutritionnels, il est essentiel d’associer la pratique d’une activité physique ou sportive légère, il faut brûler les calories stockées. Ensemble, ils vous procureront de biens meilleurs résultats.

 

Après plusieurs jours de nourriture riche parfaitement arrosée, que boire pour accorder un peu de repos à notre estomac et à notre foie ?

Voici 5 tisanes et remèdes qui remettront votre organisme d'aplomb.

L'eau citronnée, coup de pouce digestion

Objectif digestion après ces jours de fêtes à déguster des mets gras.

Avec le citron, pas besoin de trouver une herboristerie près de chez vous pour faire le plein de plantes. Piochez dans votre corbeille de fruits.

Plus les aliments sont gras, plus on a besoin de bile pour les digérer. L’acide citrique du citron stimule la sécrétion de bile dans le foie. Les fibres du citron facilitent le transit intestinal. 

Je la prépare comment ? Chaque matin, mélangez le jus d’un citron dans de l’eau tiède ou à température ambiante. Pressez-le vous-même sans ajouter de sucre.

À savoir : consommez l'eau citronnée avec modération. Le citron peut agresser les personnes ayant l'estomac fragile.  

L'artichaut, l'allié d'après-fêtes

Ses feuilles, que l'on ne mange pas et qui poussent sur la tige dure, contiennent des substances bénéfiques pour le foie et la vésicule biliaire.

La cure d'artichaut est conseillée en cas de nausées ou d'aigreur d'estomac. Elle stimule la sécrétion de bile et facilite ainsi également la digestion. Elle semble avoir des propriétés anti-oxydantes et hépato-protectrices, proches de celles des graines du célèbre Chardon-Marie. L'idéal pour reposer notre organisme après deux jours de mobilisation extrême. 

Je la prépare comment ? Faites infuser 10 g de feuilles fraîches dans une tasse à thé d'eau bouillante pendant quinze minutes et filtrez.

À savoir : le goût peut être amer, alors soyez téméraires.  

Le pissenlit, plante détox par excellence

Souvent consommé en salade, la plante peut aussi se baigner dans nos tasses.

Depuis le XVe siècle, sa réputation de plante dépurative est certifiée. En plus de nettoyer les reins grâce à ses propriétés diurétiques, le pissenlit nous fait un foie tout neuf.

Je la prépare comment ? Ciselez finement les feuilles de pissenlit, puis mettez l'équivalent de deux cuillères à soupe dans un bol. Versez l'eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Filtrez, buvez.

 

L'estragon, digestif et anti-stress

Au Moyen-Âge déjà, on utilisait l'herbe aromatique pour ses vertus médicinales. Alors si vous avez l'habitude de l'utiliser pour parfumer vos plats, glissez-la dans vos tisanes pour laisser reposer votre système digestif après les fêtes. La plante vous aidera à assimiler les plats engloutis pendant 48 heures. Elle permet également de calmer stress et angoisse.

Je la prépare comment ? Faites chauffer 15 à 20 cl d'eau. Quand elle chauffe, ajoutez l'équivalent d'une cuillère à café de feuilles sèches. Couvrez hors du feu, laissez infuser 5 minutes et filtrez.

À savoir : à forte dose, l'estragon est déconseillé aux femmes enceintes. Son huile essentielle est quant à elle totalement contre-indiquée pour les enfants.  

La coriandre, ennemie des maux de ventre

Composée principalement de flavonoïdes et d'huile essentielle, la coriandre est diurétique, elle lutte contre les nausées, les maux de ventre et les lourdeurs après les repas. Si la plante est présente dans tous nos plats, elle peut aussi se glisser dans nos tisanes pour soulager le ventre.

Je la prépare comment ? Faites chauffer un demi-litre d'eau puis ajoutez une cuillère à soupe de graines de coriandre quand l'eau bout. Retirez du feu et laissez infuser pendant dix minutes. Filtrez puis dégustez entre les repas.

À savoir : la coriandre pourrait déclencher des spasmes des muscles de l'utérus, la plante et l'huile essentielle sont déconseillées aux femmes enceintes.

 

Nous voici arrivés au terme de cet article.

Si vous voulez en savoir plus pour composer un menu alléchant et, ma foi, digeste, les deux n’étant pas incompatibles, vous pouvez puisez de nombreuses informations dans mon article intitulé : « Les repas de fêtes ou comment marier équilibre et plaisir en situation particulière ».

 

Pour terminer, les mots de trois « médecins » qui ne se trompaient pas : gaieté, doux exercice et modeste repas.        Citation de Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

 

Tout est dit ! A méditer et à user sans modération !

 

Je vous souhaite de très JOYEUSES FETES !

 

 

Références
Destination santé.com
Nutreatif.com
Médecine du sport conseils.com
L’express.fr
Le figaro.fr
Marie Claire.fr
Cosmopolitan.fr

 

 

 

 

 

 

 


Category :   Actualités