Canicule, forte chaleur, quelle alimentation et hydratation adopter ?

Bien qu'on aime tous les belles journées d'été, on apprécie nettement moins les jours caniculaires. Pour affronter les fortes chaleurs, se protéger du soleil, se « brumiser » ou se baigner ne suffisent pas. Loin de là. L'alimentation est primordiale pour lutter contre la déshydratation.

Pourquoi ? Parce que le corps est constitué à majorité d'eau (90% pour les enfants, 70% pour les adultes, 60% pour les personnes âgées).

Donc quand il fait trop chaud dehors, et que la régulation de la température du corps se fait mal, l’organisme peut vite être en danger.

 

Après un effort, lorsque la météo est à la canicule ou encore après un repas riche en épices et protéines, le corps risque le coup de chaud.

Un coup de chaud, c’est une température corporelle qui devient supérieure à 37°C et qui ne baisse pas facilement (en l’absence de fièvre bien entendu).
Normalement, pour diminuer sa température, le corps produit de la transpiration, augmente la fréquence cardiaque et redirige le flux sanguin vers la peau. Mais chez certaines personnes ces mécanismes de thermorégulation fonctionnent moins bien ; c’est le cas par exemple des personnes âgées, de celles prenant certains médicaments au long cours et des jeunes enfants. 
Conséquences possibles d’un coup de chaud : faiblesse ou perte de conscience, mal de tête, nausées (ou vomissements), pouls rapide, transpiration abondante, peau pâle… La chaleur peut aussi exacerber les symptômes de maladies déjà présentes (cardio-vasculaires, rénales et respiratoires notamment)

 

Alors, comment faire face à une canicule grâce à l'alimentation ?

Voici quelques conseils à suivre pour bien manger et boire tout l'été, les aliments à privilégier en cas de forte chaleur pour aider le corps à faire face, et les aliments à éviter ou à limiter fortement, qui favorisent la déshydratation.

Manger en petite quantité

En général, lors d'une canicule, notre appétit est loin d'être gargantuesque. Pas d'inquiétude, c'est une réaction normale du corps : moins il a de choses à digérer, moins il s'échauffe.

C'est d'ailleurs une excellente prédisposition, car il faut que le corps élimine de la chaleur.

Or manger en grande quantité entraîne une longue digestion. Celle-ci demande une quantité importante d'énergie et génère donc une création de chaleur. Un phénomène contraire à celui recherché.

Il faut donc continuer à manger, sans cependant sauter de repas ! Diminuez juste les quantités.

Pour certains, il sera plus sain de manger de petites quantités plusieurs fois dans la journée. Ecoutez votre corps, surtout pas question d'avoir une sensation de faim, ni l'impression d'un trop-plein.  

Dire non aux gras

Consommés en grande quantité, les gras diminuent la vitesse de digestion. Ils demandent donc des efforts additionnels pour être transformés par l’organisme, ce qui fait aussi augmenter votre température interne.

Donc pas de viandes grasses, le gras se trouvera principalement dans l'huile déjà présente lors de la cuisson ou de l'assaisonnement.

Spontanément, nous mangeons des aliments moins caloriques lorsqu'il fait très chaud. Pour les mêmes raisons, le réflexe est idéal puisque cela permet à notre corps d'éliminer la chaleur. 

Diminuer certaines sources de protéines

Certes, les brochettes et viandes au barbecue sont les stars des beaux jours. Mais en cas de canicule, il vaut mieux mettre la pédale douce sur les barbecues. En effet, digérer les protéines contenues dans la viande requière énormément d’énergie à votre corps. Donc votre corps travaillant davantage, il génère de la chaleur en les digérant (thermogenèse).

Digérer une petite portion de poulet froid ou de légumineuses demandera moins d’énergie qu’un bon steak.

Les fortes chaleurs étant déjà une épreuve pour votre corps, évitez de lui en imposer une supplémentaire. Pendant la canicule, allez-y doucement sur la viande !

Ne pas éliminer totalement le sel

Le sel ne doit pas être retiré de l'alimentation. Il doit être consommé en quantité raisonnable car il permet de "réintroduire un peu de nutriments éliminés lors de la transpiration".

A l’inverse attention, consommer trop de sel entraîne ensuite une soif inactive qui n'est pas bénéfique, car le sel accumulé retient l'eau et donc nuit à l'hydratation du corps. Il faut donc trouver un juste milieu.

Des légumes oui, mais pas que crus

Lors d'une canicule, il est judicieux d'aborder une alimentation aqueuse, riche en vitamines et oligo-éléments. L'homme le fait d'ailleurs naturellement. Il se tourne toujours vers des aliments dit "légers" comme les fruits et les légumes.

Mais attention, si les périodes de fortes chaleurs durent, il ne faudra pas uniquement se nourrir de crudités... Une alimentation à base de légumes crus entraîne sur le long terme des problèmes de transit chez 95% des individus.

Manger froid des légumes déjà cuits, comme les poivrons ou les aubergines ou encore les haricots. C'est très courant dans les pays chauds. Par exemple, dans la salade niçoise, nous mangeons des haricots verts froids, mais qui ont été cuits au préalable.

Halte aux boissons sucrées et très froides

Il faut faire très attention aux boissons sucrées. En effet, elles rafraîchissent et désaltèrent... sur le moment. Mais en réalité, elles génèrent une sécrétion d'insuline et ne font que "restimuler la soif".

Il faut également éviter de boire des breuvages trop froids. Si l'on consomme des boissons glacées, cela peut provoquer des désordres intestinaux et des crampes d'estomac.  

Boire beaucoup d'eau

Cela peut paraître simple, c'est pourtant le conseil n°1 : boire de l'eau.

En cas de forte chaleur, il ne faut pas attendre d'avoir soif pour boire, afin de compenser la perte d’eau due à la transpiration.

Lorsqu'il fait chaud, notre corps fait en sorte que notre température reste stable, ce qui occasionne des pertes en eau plus importantes qu'habituellement. Les périodes de fortes chaleurs augmentent ainsi les risques de déshydratation.

Il est fortement conseillé de boire 1,5 ou 2 litres d'eau par jour, le minimum étant huit grands verres d'eau (soit 800ml). 

Evitez cependant l'eau trop glacée, car si elle a un effet immédiat sur les parties du corps en contact avec elle, elle génère un effet de choc sur d'autres et bloque l'autorégulation. 

Même si l'eau fraîche donne une impression de fraîcheur, ça ne veut pas dire que l'organisme est pour autant plus hydraté. En réalité, c’est même le contraire qui arrive : l'organisme doit réchauffer cette eau trop froide pour ne pas perturber son fonctionnement et fournit donc de l'énergie qui réchauffe tout le corps.

En plus, les boissons très fraîches désaltèrent plus rapidement et atténuent la sensation de soif plus vite, donc au final on boit moins.

 

Pour varier les plaisirs, vous pouvez également consommer de l’eau de noix de coco (pure). Elle permet de bien hydrater le corps aussi en cas de chaleur. Comme les eaux minérales, elle permet de pallier un peu les pertes de minéraux dues à la transpiration.

 

Et si l’eau du robinet a un goût plus prononcé en chlore en période de canicule, c’est pour des raisons de sécurité sanitaire. La chloration de l'eau est renforcée, afin de lutter contre une prolifération de microbes due à la chaleur. Ce qui ne la rend pas moins bonne pour la consommation. Laissez-la reposer quelques minutes après l’avoir versé dans un verre ou une carafe pour que l’odeur de chlore diminue.

 

Mieux vaut donc prévenir que guérir et l’alimentation est fort utile pour cela. Les aliments riches en eau, en vitamine C… sont aussi de bons alliés contre la chaleur.

Voyons cela plus en détails.

Des aliments à forte teneur en eau

Il faut privilégier les aliments qui participent à l’hydratation de l’organisme. La pastèque, le melon et les tomates sont des fruits et légumes qui renferment une quantité importante d’eau. Mais le roi et la reine de l’hydratation sont le concombre qui renferme 97% d’eau et la laitue 95%. De manière générale, on mise sur les fruits et légumes de saison frais et crus.

Dans la catégorie des aliments rafraîchissants légumes-fruits, nous trouvons :

Le gaspacho

Le classique gaspacho espagnol est un must l'été. Faite-le de préférence maison. Variez les plaisirs en ajoutant d’autres légumes ou en élaborant des veloutés frais. Au menu : petits pois à la menthe, concombre et carottes ou melon et poivrons… Assaisonnez d’un peu d’oignon, d’ail et d’herbes fraîches pour relever le goût.

Les salades

A condition qu’elles soient équilibrées ! Si on ajoute trop d'huile, de fromage, de croûtons, de lardons, elles deviennent trop riches et nous alourdissent. Si on se contente de crudités, on se retrouve avec des fringales deux heures plus tard.

On commence par une base avec une petite portion de céréales : quinoa, millet, blé, lentilles…qui apportent une source des protéines végétales, on ajoute des crudités : carotte, radis, concombre, tomate… et on ajoute une grosse portion de la salade de votre choix.

Pour l’assaisonnement, on privilégie une cuillère à soupe d’huile d’olive, de lin ou de colza. Celles de noisettes et de noix apportent une saveur supplémentaire. Une cuillère à soupe par personne suffit.

En salade, lors d’un pique-nique ou dans un Tupperware, les œufs accompagnés d’une salade sont faciles à transporter et se conservent plusieurs jours au frigo.

Les œufs durs sont une source de protéines efficace.

Il y a aussi :

Les glaces (mais pas n'importe lesquelles !)

Les glaces sont caloriques certes. Mais, ce n’est pas l’été qu’on irait sans priver !

On évite cependant les glaces américaines qui sont additionnées de fruits secs, de morceaux de chocolat, de nougatine ou de caramel. De véritables bombes caloriques !

Privilégiez les sorbets à base d’eau plutôt que les glaces faites de crème. Optez pour des glaces artisanales moins chargées en sucre et en additifs alimentaires. Les vrais granités, ceux préparés artisanalement, sont encore la meilleure option, car ce sont des purées de fruits sans sucres ajoutés associées à de la glace pilée. Plus courant, les granités industriels contiennent bien trop de sucre et peu de fruits.

Attention cependant, les glaces étant froides, l'organisme devra se réchauffer et donc produire de la chaleur, il n'est donc pas question de se nourrir exclusivement de glaces !

Les aliments riches en vitamine C

La vitamine C pourrait, selon certaines études, réduire l’impact d’un stress métabolique dû à la chaleur. Une étude a montré que prendre un complément de vitamine C (à raison de 250 ou 500 mg/ jour) permettait de mieux s’acclimater à la chaleur.

Manger des aliments riches en vitamine C pourrait donc se révéler aussi une bonne stratégie pour aider le corps à mieux réguler sa température.
Parmi les aliments d’été riches en vitamine C figurent le cassis, le citron, le poivron et la fraise.

Et la menthe

L’effet fraîcheur de la menthe est bien connu. Cet effet est dû au menthol, la principale molécule active de la menthe poivrée. C’est d’ailleurs pour cela que le menthol est ajouté aux chewing-gums, aux dentifrices, etc.
La menthe, consommée sous forme d’herbe aromatique ou tisane, a aussi des propriétés rafraîchissantes. Simplement infusée dans l’eau froide avec un peu de citron, elle fera une eau détox délicieusement hydratante.

Manger de l’eau…

Il fait chaud, voire très chaud… et votre corps réclame de l’eau.

Boire de l’eau ? Facile.

Manger de l’eau ? Beaucoup plus drôle, avec les fruits et légumes désaltérants ! La nature pense à tout : sitôt l’été venu, fruits et légumes se gorgent de liquide pour hydrater l’organisme à notre insu. Mieux, ces champions de la nutrition conjuguent forte teneur en eau avec une pléiade de vitamines et nutriments, garantissant effet belle peau et tonus entretenu !

Le bilan ? Désaltérants, gourmands et goûteux, les fruits et légumes assurent ! Empoignez votre panier et foncez sur le marché pour doubler votre apport en eau et éviter le coup de chaleur…

Coupez, mariez, mélangez, pressez, et faites valser les idées reçues avec le top des fruits et des légumes les plus désaltérants.

Le concombre

Le roi des aliments désaltérants se nomme sieur Concombre, capable de remplir votre assiette en toute légèreté pour mieux vous hydrater.

Ses records ? Une teneur en eau pouvant atteindre 97%, pour un concombre cru avec la pulpe… expliquant pourquoi certaines recettes demandent à laisser le concombre dégorger sous peine de noyer le menu.

Et le concombre ne se contente pas de si peu : non content d’hydrater, il cache une mine de vitamine C, un trésor de potassium et rationne les calories pour se faire un allié des régimes estivaux !

Quant à le consommer ? Croquez de l’eau en tranches, rondelles ou même en dés dans des salades 100% fraicheur. Relevez sa douceur de pignons de pin ou cubes de feta, mariez-le à la tomate ou coupez-le en bâtonnets : ce champion des crudités se trempe dans une sauce légère pour un apéro encore plus désaltérant.

Déclinez-le en liquide, version smoothie avec une pomme ou en soupe glacée façon gaspacho : le concombre s’y marie à merveille avec les herbes, crèmes légères et fromages frais. A vous les tzatzikis, salade de concombre à la crème, tartare de concombre à la feta, velouté de concombre et avocat ou encore les petites bouchées de concombre au basilic…

Prenez-le de préférence à la peau fine pour profiter de tous les nutriments.

Retenez qu’une petite assiette de concombre (180g) représente l’équivalent d’un verre d’eau de 170ml. Il est également bien pourvu en minéraux, potassium notamment, et offre un large éventail de vitamines (A, C, B, E).

 

Le melon d’eau ou pastèque

Avec un nom pareil, difficile de nier au melon d’eau sa place sur le podium des aliments désaltérants !

Plus souvent appelé pastèque, de son petit nom, son ovale strié de vert dissimule une chair légère comme une plume, d’un rose aguicheur, constituée à 92-95 % d'eau.

Coupez-la en dix parts, neuf d’entre elles tiennent dans un verre d’eau ! Suivie de près par son cousin melon, la pastèque assure au passage vitamines, nutriments, peu de sucre, donc quasiment pas de calories. Idem pour le melon, peu calorique, il nous désaltère de juin à septembre.

Une pastèque en été pour bien s’hydrater, facile : on la coupe en tranches et on croque à pleines dents ! Vous préférez varier les plaisirs ? Débitez en dés et mélangez en salade, avec feuilles vertes et fromage de brebis, de chèvre. Pour les aventuriers, cuisinez-la en sucré salé au barbecue, en steaks épais arrosés de vinaigre balsamique… et déclinez à volonté en jus frais, granité ou sucettes glacées, en embrochant tout simplement des triangles de pastèque sur des bâtonnets glissés au congélateur !

La courgette

Dans la catégorie des légumes désaltérants, demandez la courgette ! La belle verte, comme la petite jaune, est capable d’hydrater tout l’été… et même plus.

Sous son enveloppe colorée, la courgette abrite une chair pâle gorgée d’eau à 95 % d’eau  mais pas seulement : comme ses confrères, elle est faible en calories et riches en bienfaits variés.

Star de la cuisine méridionale, la courgette est facile à cultiver et à cuisiner, elle se savoure aussi bien crue que cuite.

En pleine canicule, misez sur ses effets désaltérants en version crue, comme le concombre : dés en salade, carpaccio arrosé d’un filet d’huile, bâtonnets à tremper…

En version cuite ? Faites des spaghettis de courgette, un vrai régal !

Pas le temps ? Réduisez en smoothie, ajoutez une carotte ou un carré de chèvre et servez bien frais !

Avec sa contenance en eau, elle sera bien plus hydratante crue que cuite. Très digeste, elle convient à tous, même aux tout-petits.

Riche en potassium, magnésium et fibres, ce légume est à consommer sans modération ! A déguster tout l’été !

 

La tomate

Une petite soif ? Croquez une tomate, la ronde pulpeuse tient le peloton de tête des aliments désaltérants ! Avec 92 % à 95 % d’eau, la tomate joue dans la cour de la pastèque sans rougir (trop) de sa petite taille.

Le litre et demi quotidien vous parait bien fade, tiré d’une bouteille en plastique ? Hydratez-vous à la tomate, la belle a de plus le mérite de stimuler le bronzage et d’en optimiser la tenue…grâce à sa teneur en lycopène.  

Cuisiner la tomate est simplissime. Le plus compliqué, dans l’histoire, est de ne sélectionner qu’une recette ! Elle se prête à toutes les salades, se débite en dés comme en tranches, se conjugue en carpaccio, en tartare ou en caviar, se croque et se tartine… ou colore les sauces de ses couleurs dynamite. Vous pouvez aussi déguster : un gaspacho andalou, un millefeuille tomate mozzarella basilic, une salade italienne panzanella (tomates, concombre, olives, ail, oignon), un sorbet tomate basilic, des tomates anciennes aux fleurs de thym et feta, une salade de tomates à la vanille…

Le plus efficace pour faire le plein d’eau par une chaude journée d’été ? La tomate en quartier et sa chair gorgée, simplement accompagnée de dés de fromage et d’herbes fraîches.

Elle apporte de nombreux nutriments comme le potassium et le magnésium ainsi que de nombreuses vitamines C et E.

 

La salade

Brumisateur, ventilateur, climatiseur ? Gourde tempérée, bouteille au frais ? Inutiles, avec un bon stock de salade verte désaltérante !

La reine du potager pousse en jardin comme en bac, en cuisine ou en plein air. Mieux, elle repousse une fois coupée dans un simple verre d’eau, pour une source d’hydratation maison et sans calories… et avec 95 % d’eau, justement, ce sont 95 bonnes raisons de foncer au marché dès les premières chaleurs !

Si vous pensez en avoir fait le tour, c’est que la salade verte ne vous a pas encore livré tous ses secrets. Vous cherchez comment pimenter vos saladiers ? Détaillez ses feuilles en paillettes façon fines herbes et parsemez gaiement vos plats. Garnissez vos burgers, wraps et sandwiches en tous genres, roulez en bouquets pour décorer vos assiettes… une seule règle, optez pour le froid, la salade verte supporte mal la chaleur et risquerait d’y perdre ses propriétés désaltérantes. 

Privilégiez aussi la roquette, la batavia, la feuille de chêne, les petites pousses de mesclun…  

Les salades sont donc à déguster avec une simple vinaigrette ou en recettes plus élaborées.

 

Les agrumes

Manger de l’eau, croquer du jus ? Rien de plus simple pour la grande famille des agrumes, aussi désaltérants qu’ils sont gourmands.

Avec 85 % d’eau en un seul fruit, les agrumes hydratent l’organisme, ravissent les papilles et fournissent, l’air de rien, une pleine gorgée de vitamine C !

Pelez-les du bout des doigts et croquez-les en quartiers !

Quant à les diversifier, explorez la vaste gamme des pulpes colorées : en salade, en brochette ou même rôtis, les fruits valent le détour… et le plein d’eau.

Mandarines, kumquats, bergamotes, citrons jaunes et verts, combavas, tangerines, yuzus et cédrats, la liste est aussi longue que celle de leurs bienfaits. Ils sont également très riches en eau : on s'en rend bien compte quand on coupe une orange et qu'il y a du jus qui nous gicle dans l’œil ! Et oui, avec en moyenne 85% d'eau, les agrumes sont des fruits hautement désaltérants.  

 

La pêche

Empoignez une pêche et croquez sans hésiter ! Composée d’eau à 87 %, la belle ronde dégouline certes sur les doigts, mais assure son quota d’hydratation sans flancher.

Et si le plaisir culinaire est décuplé, c’est qu’il est décomplexé : pleine de fibres, de vitamines et de potassium, la pêche fait du bien sans aucun mal… Boire une pêche ? Il vous suffit de la presser ! Et n’oubliez pas d’ajouter la pulpe recueillie.

De la recette la plus simple à la plus élaborée, la pêche adopte sans broncher toutes les fantaisies culinaires, en sucré comme en salé. Cuisez-la en compote ou confiture, peuplez-en vos salades, faites-en des sucettes glacées. Côté salé ? On en parsème la volaille et on laisse mijoter.

Et pour faire le plein d’eau en combinaisons qui changent, mariez la pêche avec de l’huile d’olive ou de l’estragon, de la menthe ou du basilic, du gingembre, de la cardamome ou du poivre blanc… 

 

L'abricot

Cousin de la pêche en miniature, l’abricot semble pourtant moins prometteur. Chair dense, absence de jus… et malgré tout, 85 % d’eau dans les oreillons !

Comme sa cousine la pêche, le fruit doré est bien plus que désaltérant : il est bourré de vitamines, de fibres et de potassium. Mieux ? Il déborde d’antioxydants. Encore mieux ? Sa forte teneur en béta carotène en fait l’un des champions du bronzage, préparant la peau pour un hâle plus uniforme et plus durable !

Pour un effet désaltérant optimisé, évitez les abricots séchés… et croquez les oreillons version nature. Le fruit cru, très peu pour vous ? Optez pour un jus frais ou les délices d’une tarte aux abricots parsemée d’amandes. Compotes et confitures se mitonnent à petit feu, les volailles lui font la fête et les clafoutis ne jurent que par lui…

 

La pomme

Vous la croquez sans y penser, tant la pomme fait partie des basiques de la cuisine. Et pourtant, sa chair sucrée désaltère presque autant qu’elle régale !

Verte, rouge ou jaune, pas de quartier côté hydratation : une pomme est constituée d’eau à 85 %. Et le fruit ne s’en contente pas, assurant glucides lents pour les sportifs, vitamines pour le tonus, pectine régulatrice de cholestérol ou antioxydants pour un organisme en pleine santé.

Si leur teneur en eau reste constante, certaines pommes se targuent d’un apport maximal en vitamine C, Reinettes et Ontario en tête de file.

L’astuce ? Lavez-la mais conservez la peau, l’armure de la pomme contenant la majeure partie des vitamines. Croquez-la crue ou débitez-la en dés pour des salades craquantes et désaltérantes, et garnissez-en gâteaux, tartes, plats salés ou jus frais tout l’été… et même après.

 

L'ananas

L’ananas annonce la couleur sitôt fendue son armure : chair tendre, saveur sucrée, jus parfumé… et aliment hautement désaltérant ! Avec 82% de teneur en eau, une simple tranche peut parer aux petites soifs et compléter les grandes de ses multiples propriétés santé. Cicatrisant, anti inflammatoire, débordant de fibres, vitamines ou oligoéléments, l’ananas assure sur toutes les tranches !

Proche de la famille des agrumes, l’exotique accompagne viandes et poissons et dynamite la plus banale des salades, sucrée comme salée.

Son seul bémol : les composés du jus d’ananas se marient mal aux desserts à base de gélatine. Pas de flan d’ananas, donc, mais des tranches de bonheur rôties au barbecue pour se désaltérer sans y penser !

 

Nous savons maintenant comment « manger de l’eau » pour nous désaltérer, voyons maintenant ce que l’on peut retirer des boissons proprement dites.

Les boissons sous la loupe

Il faut bien l'avouer, passer la journée à boire de l'eau, on a vu plus funky et la tentation est grande de varier les plaisirs. Mais vous vous en doutez, pendant la canicule, toutes les boissons ne sont pas forcément bonnes à boire. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que notre jolie langue a différencié le verbe "s'hydrater" du verbe "se désaltérer".

Tour d'horizon « du meilleur et du pire » des boissons de l'été.

On n'a pas trouvé mieux : l'eau 

Rien de nouveau sous le soleil. L'eau est notre meilleure amie cet été. Si elle n'est pas la plus désaltérante, c'est la boisson indispensable à notre organisme pour bien s'hydrater. L'eau régénère nos cellules et permet la circulation du sang.

Si chaque personne a des besoins en eau qui lui sont propres, il est conseillé de boire une grande bouteille d'eau minérale par jour, soit au minimum un litre et demi. Concrètement, cela correspond environ à 8 verres d'eau. Et sous de fortes chaleurs, forcez-vous à boire un peu plus.

Sur la plage ou même lorsque le soleil tape plus fort que d'ordinaire, votre chaleur corporelle augmente. Alors essayez de boire même si la soif ne se fait pas ressentir.

Bien s'alimenter est aussi indispensable à l'hydratation, car pour que l'eau pénètre notre organisme, nous avons besoin de minéraux.

Le traître : la bière (et autres apéritifs)

Une petite mousse pour se désaltérer ? Navré de vous l'avouer mais non, une bonne bière n'est pas la meilleure des idées pour s'hydrater, même si nos sens nous feraient croire le contraire, comme pour certains apéritifs.

La consommation d'alcool n'hydrate pas, au contraire, son effet diurétique a tendance à déshydrater notre organisme. Si vous buvez un verre d'alcool alors qu'il fait très chaud, songez à boire de l'eau entre temps.

Faire du sport après l'apéro est également fortement déconseillé. Si vous ne pouvez vous en empêcher, emportez avec vous une grande bouteille d'eau et buvez régulièrement.

La surprise : l'eau de coco

Vous en avez marre de boire de l'eau ? Vous pouvez vous rabattre sur l'eau de coco, nouvelle coqueluche des distributeurs de boissons. Pendant des siècles, les habitants de la région du sud-est asiatique ne se sont pas trompés en se rafraîchissant avec. C'est d'ailleurs toujours le cas. Plutôt pratique quand on n'a pas l'eau courante...

On prête d'ailleurs à l'eau de coco toutes sortes de vertus nutritives. Néanmoins, n'allez pas en faire une boisson miracle. Ce liquide contient aussi du potassium, indispensable à notre organisme. L'eau de coco a aussi l'avantage d'être une boisson peu sucrée, à condition de la choisir nature.

L'incontournable : la limonade

Parce qu'elle contient du citron, la limonade est riche en vitamine C. Elle est surtout acide. Or l'acidité stimule la production de salive dans notre bouche, ce qui en fait l'une des boissons les plus désaltérantes.

Pourquoi ? Parce que lorsque nous sommes déshydratés, nous avons la bouche sèche.

Le piège ? Boire une limonade sucrée ou trop sucrée. Si vous choisissez cette boisson, mieux vaut rester sobre et n'utiliser que les fruits, faire ses limonades »maison » et éviter tous les sodas du commerce, bourrés de sucre dans leur version traditionnelle.

Les plus controversés : le thé et le café

Parce que ces boissons sont diurétiques, elles nous font aller aux toilettes. C'est pourquoi, en période de forte chaleur, mieux vaut conserver son eau pour soi qu'en rejeter.

Toutefois, de nombreuses études remettent en cause ce qui ne serait qu'une idée reçue. L'effet diurétique du thé et du café ne serait important qu'à partir d'une dose très importante. Dans le cadre d'une consommation normale, tout irait bien.

Alors faut-il en boire, ou pas?

On imagine l'embarras des britanniques en période de canicule ! Alors pour en avoir le cœur net, une vaste étude sur les effets du thé en période de chaleur a été réalisée. D'après les conclusions, le thé ne serait effectivement pas plus diurétique ni moins hydratant que l’eau quand il est consommé avec modération.

En résumé : à vos tasses, la voie est libre. Si vous consommez raisonnablement votre thé et votre café préféré, ces boissons ne devraient donc pas être néfastes pour votre hydratation, à condition de bien s'hydrater par ailleurs. D'autre part, buvez votre tisane ou votre thé plutôt tiède, cela empêchera votre corps de transpirer en essayant de dégager de la chaleur.

Ambivalente : l'eau pétillante

Aussi rafraîchissante que l'eau minérale ou l'eau du robinet, l'eau pétillante a néanmoins quelques défauts. Même constat que pour les boissons gazeuses : les bulles entraînent des ballonnements. Certaines eaux pétillantes peuvent contenir beaucoup de sel (plus de 200mg par litre). Si vous faites de l'hypertension artérielle ou risqueriez d'en faire, mieux vaut alors faire un autre choix.

Culturel certes, mais déconseillé : le vin

Parce qu'il contient de l'alcool, le vin non plus ne vous aidera pas à vaincre la chaleur, même si l'on qualifie certains crus pas toujours réjouissants de "vin de soif". À consommer avec force modération, et bien s'hydrater par ailleurs.

Les faux amis : le Cola et autres sodas

A votre avis, le Coca Cola, comme les autres boissons gazeuses et sucrées, sont-elles réellement bonnes pour se désaltérer durant l'été ? Le sucre et les bulles que contiennent les sodas peuvent vite vous donner des crampes d'estomac ainsi que faire grimper l’addition calorique. Et après avoir terminé son premier verre, on a vite envie de s'en servir un deuxième. L'effet n'est pas si rafraîchissant. Pensez-y avant d’emmener dans votre glacière pour aller à la plage essentiellement ce genre de boissons.

Classique : le jus

Pour varier les plaisir, on peut aussi déguster des jus de fruit (oranges, pamplemousses...). Il vaut mieux préférer les breuvages 100% pur jus et pressés maison. L'avantage, ils vous apportent des vitamines. L'inconvénient, ils sont sucrés. Or le sucre entraîne la soif. N'hésitez donc pas à diluer votre jus dans de l'eau.

Fruité et sucré : le smoothie

Mélange de fruits, mais aussi parfois de lait et de glace. L'eau que contiennent les fruits vous hydrate tandis que les fruits que vous avez mis dans votre smoothie apportent leur lot de vitamines C et A. Toutefois, des problèmes de digestion peuvent survenir après avoir bu du lait. Ne pas abuser non plus.

Comme les jus de fruits, les smoothies sont sucrés ! Préférez-les alors à base de légumes, vous aurez également votre lot de vitamines et minéraux.

Le petit plus : un verre d'eau... avec une rondelle de citron

Une bonne alternative pour ne pas boire tout le temps de l'eau. En plus, ajouter une rondelle de citron dans votre verre d'eau ajoutera un peu de vitamine C et vous aidera à mieux digérer. Rien d'extraordinaire, mais de quoi mettre un peu de peps dans votre carafe. D’autant que vous pouvez y ajouter des morceaux de gingembre, des feuilles de menthe…bref varier les saveurs.

Déconseillé : le milk-shake

Le milk-shake n'est pas ce qui se fait de mieux comme boisson désaltérante. Le lait et la glace forment un breuvage sucré, calorique et assez lourd.

Le plus surprenant : la soupe

Boire de la soupe en été, une drôle d'idée ? Pas tant que ça ! Si une soupe ne rafraîchira jamais autant qu'un grand verre d'eau, les légumes qui la composent sont gorgés d'eau. Certains d'entre eux se composent même à 90% d'eau. Ceux-ci peuvent aussi être riches en fibres, des nutriments qui permettent de lutter contre la constipation et d'éviter d'être ballonné.

Si vous ne préparez pas votre soupe vous-même, attention tout de même à la quantité de sel que l’on peut trouver dans les préparations industrielles.

Vous l'aurez compris, inutile de boire une soupe trop chaude, cela vous fera transpirer. Vive le tiède !

Le plus tonique : les boissons énergisantes

Toutes les boissons énergisantes (Red Bull et autres) ne sont pas élaborées de la même façon. La plupart d'entre elles contiennent de la caféine, et si elles sont bues en trop grande quantité, l'effet diurétique vous déshydrate. Néanmoins, elles peuvent vous apporter un sursaut d'énergie si vous avez envie de faire un peu d'exercice et de les intégrer dans votre capital boisson, et correctement lorsqu'elles ne sont pas trop caloriques et donc sucrées.

Le piège : les boissons très glacées

Même sous une forte canicule, pas besoin de mettre (trop) de glaçons dans votre verre. Ceux-ci pourraient bien vous causer des crampes d'estomac.

Maintenant que nous en sommes convaincus…grosse chaleur et alimentation ne font pas bon ménage. Et si le plaisir d’un été remplissant ses promesses de soleil de et de chaleur est indiscutable, il peut vite amener dans son sillage quelques déconvenues…
Quelques conseils ou rappels pour traverser plus facilement une vague de chaleur.

Les aliments à éviter de consommer lorsqu’il fait chaud

Le corps ne digère pas tous les aliments de la même façon. Certains aliments, les plus riches en protéines, lipides et glucides, sont plus longs à digérer et augmente la chaleur interne du corps par thermogenèse. Il est recommandé de les éviter lorsqu’il fait très chaud.

On évite les fruits et légumes diurétiques qui nous font perdre de l’eau comme l’asperge, le fenouil, la blette, le navet, le céleri, la figue, l'artichaut ou la mangue.

 

Côté protéines, on préfère les légumineuses, l’oeuf dur, les crustacés aux viandes qui sont plus difficiles à digérer, surtout la viande rouge et persillée.

 

Le sucre : il n'a pas bonne réputation, même l'été. Les sucres apportent des calories inutiles, favorisent la déshydratation et sont également difficiles à digérer, ce qui risque d'augmenter la température du corps.

Ainsi, on éloigne de son assiette gâteaux, pâtisseries, viennoiseries, sodas et même jus de fruits. Sans oublier de diminuer sa consommation de pain, pâtes ou encore pommes de terre, qui contiennent également des sucres.

On bannit aussi et surtout les produits sucrés et industriels. Privilégiez les desserts fruités comme des salades de fruits ou sorbets peu sucrés.

 

Le gras : ce midi, vous êtes tentée par un cheeseburger ou une pizza ? Erreur !  

Lorsqu’il fait chaud, la junk food et tout aliment gras de manière générale doivent être évités, car ils demandent beaucoup d'efforts au corps pour les digérer. Et ce travail de digestion augmentera la température de l'organisme.

Même si par temps chaud, l'idée de manger un steak saignant ne vous traverse pas forcément l’esprit, durant le week-end les barbecues ont tendance à se multiplier. Une habitude vivement déconseillée et ce, pour la même raison que les aliments gras : la digestion qui augmentera la température du corps. Alors privilégiez les viandes blanches, les brochettes de porc, le poisson.

De même pour les viandes grasses, elles contiennent peu d’eau et sont difficiles à digérer.

 

L’alcool : l’alcool est un faux ami. Non seulement il n’hydrate pas, mais surtout il déshydrate ! Il est donc à proscrire (totalement) en cas de chaleur. Attention aux cocktails alcoolisés, vin et bières fraîches qui favorisent la déshydratation du corps, ainsi qu’aux boissons sans alcool, elles sont bourrées de sucre !

Vous qui pensiez prendre un verre de rosé ou une bière en terrasse, vous savez maintenant que ce n’est pas forcément la meilleure idée…

 

Café et thé : ces boissons, en grande quantité, ont une action diurétique qui augmente les sécrétions urinaires. Buvez-en peu.Halte donc aux 6 à 8 tasses de café par jour, au thé noir, aux boissons caféinées, infusions diurétiques (pissenlit, queue de cerise, verveine).

Pour survivre aux journées caniculaires, diminuez donc leur consommation, cantonnez-vous à l'eau, moins drôle mais sans risque.

 

Les épices : nombre de pays plus habitués à de fortes chaleurs utilisent des piments dans leurs mets. La capsaïcine qu'ils contiennent -et qui leur confère leur force- génère dans notre corps une poussée de température pour nous faire suer, ce qui donne une légère sensation de fraîcheur. Après tout, la sudation est la façon qu'a le corps pour se rafraîchir. Or elle entraîne une déshydratation plus rapide en cas de forte chaleur. Donc si vous désirez manger épicé, surtout n'oubliez pas de beaucoup boire d'eau après.

 

Quelques autres principes qui permettent de considérer l’alimentation comme un facteur essentiel venant à la rescousse du corps en cas de canicule.

1er principe : Je mange des aliments "froids" pour me rafraîchir le corps

Depuis des millénaires, la médecine traditionnelle chinoise nous enseigne qu’il y a des aliments froids et chauds dans notre alimentation. Si vous souhaitez vous rafraîchir durant l’été, vous pouvez déjà commencer par moins saler vos plats. Car le sel est un des aliments le plus chaud qui soit dans notre cuisine !

A la place, vous pouvez aisément assaisonner vos plats avec du jus de citron par exemple, qui est un exhausteur de goût naturel, grâce à sa belle acidité, et qui est un fruit.

Les fruits sont des aliments qui ont une énergie "froide" en général. Ou alors avec des fines herbes. Attention, les épices sont souvent chaudes pour le corps. Je vous renvoie à la cuisine ayurvédique si vous souhaitez en connaître davantage sur ce sujet.

La viande rouge est aussi un aliment chaud.

Déjà au Moyen-Age, la religieuse Hildegarde de Bingen enseignait que, pour connaître l’impact de la nourriture sur son corps, il n’y avait qu’à regarder comment l’aliment pousse ou comment l’animal évolue.

Il est alors logique de constater que le bœuf est une viande beaucoup plus lourde que le canard, ou même que l’agneau. Ce n’est pas le même gabarit ! Alors, l’été pour alléger votre corps, et si vous mangez de la viande, vous pouvez plutôt favoriser les animaux de petit gabarit, plus légers. C’est du bon sens !

 

2ème principe : Favoriser les aliments gorgés d’eau

Vous voulez vous rafraîchir ? Vous pouvez équilibrer le feu de l’été avec l’eau présente dans certains aliments. Par exemple, la carotte est un aliment qui comporte moins d’eau qu’un concombre. Il n’y a qu’à croquer dans ces deux légumes pour se rendre compte que l’un est plus liquide que l’autre ! A vous alors de vous amuser à vous diriger vers les aliments dont vous avez besoin. Faites confiance à vos sens !

3ème principe : Favoriser les aliments de couleurs froides

Le vert, le mauve ou le violet, sont des couleurs plus froides que le rouge, l’orange ou le jaune.

En mangeant des haricots verts, des aubergines ou des courgettes, vous donnez à votre corps une nourriture plus froide, qui contribue à rafraîchir votre corps durant l’été.

"Mais la tomate est rouge", me direz-vous. Oui, mais la tomate est un fruit. Et les fruits sont des aliments plus "froids". Donc la tomate est excellente pour rafraîchir son corps.

Il n’existe aucune règle globale dans l’alimentation. Chaque aliment comporte des propriétés énergétiques et physiologiques propres. Et c’est là où cela devient intéressant, car il existe   30 000 aliments dans le monde que nous pouvons manger ou boire. La nature nous donne tout ce qui nous est nécessaire, à chaque saison, pour répondre précisément à nos besoins. Mais cela implique de s’écouter un minimum, et de connaître davantage l’énergie de chaque aliment.

Pour conclure

Lorsque la canicule pointe à nos portes, l’alimentation peut s’en trouver déréglée. L’appétit diminue et manger peut nous donner encore plus chaud.

Notre alimentation peut influencer notre température corporelle et donc notre bien-être, car la digestion des aliments demande de l’énergie au corps.

Lorsqu’il fait très chaud, ce dernier se met “au ralenti” pour se préserver et utiliser son énergie pour réguler sa température. Ce qui explique que l’appétit diminue.

Mais pas question de faiblir sous la chaleur. L’astuce est donc de manger en petites quantités mais de façon plus fréquente.

Pour se sentir bien, il y a quelques règles à respecter en termes d’alimentation : en priorité, les fruits et légumes gorgés d'eau, crus : concombre, pastèque, courgette, tomate, laitue, céleri, épinard, poivron, fraise, pêche, nectarine, melon, pomme, menthe notamment.

A vous les gaspachos, les salades et même les compotes ou les sorbets.

Certains aliments ont des vertus astringentes, ce qui augmente la capacité du corps à s'hydrater : citron, orange...

Côté glucides, vous pouvez manger des haricots, des tubercules (carotte, betterave, radis...).

Sans oublier les œufs qui apportent aussi des protéines. Et un œuf entier cru contient 75% d’eau.

Les laitages ne sont pas tous à délaisser, notamment les fromages blancs et yaourts écrémés : un yaourt équivaut à un verre d'eau. En revanche, oubliez le lait, trop riche et difficile à digérer ou coupez-le avec de l'eau. 

 

Gare à la chaîne de froid également : en cas de forte chaleur, les aliments frais sont à manipuler avec précaution pour ne pas risquer l'intoxication alimentaire. Donc on n'oublie pas le sac isotherme quand on fait ses courses, on achète les produits frais et surgelés en fin de courses, et on vérifie que le réfrigérateur est bien réglé (au mieux entre 0 et 4°C, jamais au-dessus de 7°C). 

Rangez très rapidement vos surgelés et produits frais une fois arrivé chez vous. De même, ne surchargez pas votre réfrigérateur et respectez bien les dates limite de conservation.

Le bon réflexe : fiez-vous aussi à la couleur et à l’odeur des aliments avant de les préparer, question de bon sens. Enfin, ne laissez pas traîner dehors les aliments périssables (viandes, charcuteries, beurre, etc.) et les plats cuisinés.

 

Maintenant, vous voilà paré pour profiter un maximum de ces belles journées d’été, même si parfois, le soleil, en faisant grimper les températures, n’est pas notre meilleur ami.

Passez un été en pleine forme et bien hydraté !

 

Références
Cuisineaz.com
Femininbio.com
Biolaune.com
Lci.fr
Lanutrition.fr
Huffingtonpost.fr
Odelices.com
L’express.fr
Journal des femmes.com

 

 


Category :   Actualités